QUI EST-IL ?

C’est avec minutie que l’ouvrier, l’artisan, l’artiste, le sculpteur en somme…assemble et soude des pièces métalliques pour révéler aux yeux alentours des formes captivantes, des images sévères ou merveilleuses. Combinaison grossière alliant fragilité, légèreté et transparence.

Yannick, chaudronnier de métier, homme curieux, homme pensif, dialogue avec la matière et laisse à son imagination la possibilité de courir d’un monde à l’autre.

Au delà du simple assemblage entre chaud et froid, ce sont de fines courbes dignes de la haute couture, pour certaines pièces, qui naissent des mains de ce fervent autodidacte.

Yannick a su métamorphoser la monotonie de sa fonction primaire, celui de la métallurgie industrielle, pour transformer la matière en étonnantes sculptures. Elles nous apparaissent vivantes. Un simple fragment peut donner l’impulsion à sa forme ; il joue avec le plein et le vide,  la température du métal, et trouve un équilibre avec la masse métallique et les mouvements qui s’en dégagent.

L’artiste ajoute à certaines de ses compositions la lumière qui donne à son travail une autre dimension.

Mais comme tout à chacun, l’histoire d’une création mue, évolue, se transforme en même temps que la matière s’assemble, s’accorde, et se pose…

 

“ J’aime à parler de ces pièces que l’on aimerait toucher, transposer, transpercer…tellement leurs élégances donnent à voir une souplesse figée. ”

 

 Tiphaine Claveau

C’est avec minutie que l’ouvrier, l’artisan, l’artiste, le sculpteur en somme… assemble et soude des pièces métalliques pour révéler aux yeux alentours des formes captivantes, des images sévères ou merveilleuses. Combinaison grossière alliant fragilité, légèreté et transparence.

Yannick, chaudronnier de métier, homme curieux, homme pensif, dialogue avec la matière et laisse à son imagination la possibilité de courir d’un monde à l’autre.

Au delà du simple assemblage entre chaud et froid, ce sont de fines courbes dignes de la haute couture, pour certaines pièces, qui naissent des mains de ce fervent autodidacte.

Yannick a su métamorphoser la monotonie de sa fonction primaire, celui de la métallurgie industrielle, pour transformer la matière en étonnantes sculptures. Elles nous apparaissent vivantes. Un simple fragment peut donner l’impulsion à sa forme ; il joue avec le plein et le vide,  la température du métal, et trouve un équilibre avec la masse métallique et les mouvements qui s’en dégagent.

L’artiste ajoute à certaines de ses compositions la lumière qui donne à son travail une autre dimension.

Mais comme tout à chacun, l’histoire d’une création mue, évolue, se transforme en même temps que la matière s’assemble, s’accorde, et se pose…

 

“ J’aime à parler de ces pièces que l’on aimerait toucher, transposer, transpercer… tellement leurs élégances donnent à voir une souplesse figée. ”

 

                                                                                           Tiphaine Claveau

error: